handi-kitesurf solo

handi-kitesurf solo

kitesurf-handisport

Handisport : Handikite

Date : 1er au 4 septembre 2008

Organisateur : la FFVL – Fédération Française de Vol Libre

Objectifs : Déterminer si la pratique du kitesurf en solo est possible en toute sécurité pour les paraplégiques et handicapés des membres inférieurs

Lieu : Port Saint Louis du Rhône

Les participants

stage-kitesurf-handicap

– Jeff Fauchier paraplégique président de la commission hand’icar à la FFVL,

– Christophe Martin paraplégique concepteur d’un châssis spécial pour faire du kite assis et responsable de la section kite d’hand’icare et de vagdespoir,

– Christophe Ballois amputé de naissance de l’avant bras gauche rider testeur.

– Bastien Perret paraplégique rider testeur

– Marc moniteur de son école Mistral kite à Port saint Louis

– Yoann moniteur de voile de l’école de Port Saint Louis du Rhône

– Brigitte bénévole

– harmut bénévole

Le matériel

materiel-test-kitesurf

Il nous faut une première matinée pour préparer tous les supports que nous allons tester.

 

– Une planche de planche à voile équipée d’un siège baquet planche-handicap-kitesurf

– Un châssis équipe d’une armature et de bouées anti-retournement handisport-kitesurf-securite

– Un châssis monté en travers de la planche securite-kitesurf-handisport

Le retournement

test-securite-kitesurf-handicap

La première mise à l’eau pour tester le retournement a été plutôt satisfaisant pour tous les supports.

– Nous n’avons pas eu trop de difficulté pour remonter sur la planche après une chute et le siège suffit à nous stabiliser un minimum.

– Les bouées bien placées retourne le châssis et place le rider, sans que celui-ci fasse le moindre mouvement en position de sécurité.

– Le retournement du châssis en travers peut se faire seulement avec de larges mouvements des bras.

La traction en bateau

essais-kitesurf-supports

– Avec la planche, il n’y a pas eu de problème particulier avec la traction du bateau, nous avions peur de nous faire tirer hors de la planche, mais même avec une forte traction cela n’a pas été le cas.

– Pour le châssis équipé de bouées, le gros problème est que dès que l’on chute, la planche traine derrière nous et plonge le châssis dans l’eau et on se fait tracter la tête dans l’eau, les bouées ne suffisent plus.

– La navigation avec le châssis en travers a été très difficile, j’ai quand même réussi à sortir de l’eau, mais l’équilibre n’était pas bon. Dès que je voulais faire une prise de carre en arrière, la coque venait toucher l’eau ce qui me déséquilibrais.

test-materiel-handikite

La traction avec une aile

– Assis sur la planche dans le siège baquet accroché ou décroché du harnais avec une petite aile (4m2) la navigation est très confortable, et se fait en toute sécurité. Par contre on ne peut pas remonté au vent.

– Pour le châssis avec les bouées, la navigation avec l’aile reste encore trop compliquée. Toute l’armature pour fixer les bouées et les poids qu’il faut mettre à l’arrière de la planche pour redresser le châssis est très lourd ce qui complique les mouvements qui nous permettent de bien se placer sous l’aile. Par contre tant que la traction n’est pas trop importante, le système de retournement fonctionne bien, mais si l’aile tire trop fort la planche nous envoi au font ce qui nous oblige à larguer l’aile.

– La position du châssis en travers offre un placement plus naturel face à l’aile, mais le départ est très compliqué puisque l’aile nous tire trop violement sur l’avant.

Conclusion personnel

– La planche de planche à voile est une bonne solution pour ressentir les mouvements de l’aile en étant seul sur une planche. C’est un moyen simple et peut couteux qui sera plus efficace qu’une nage tractée. Mais elle ne pourra se faire sans assistance.

– Pour moi les systèmes de sécurité avec la bouée et les poids sont trop encombrants et trop lourd, il est efficace par petit temps, mais dans de bonnes conditions de vent il reste trop dangereux pour débuter. Il faut que l’on continue à travaillé pour trouver des solutions plus simple et plus sûre pour pouvoir proposer l’activité aux plus grands nombres avec un maximum de sécurité.

– Le châssis en travers a été une tentative intéressante, je pense que cette position serait plus naturel que celle que l’on a actuellement, mais il faudrait avoir la patience et le courage de repartir à zéro et de se relancer dans des essais et du bricolage.

Je pense que pour l’instant on va continuer à se perfectionner dans le châssis de Christophe (dans l’axe de la planche). Quand aura plus de temps, peut-être que l’on refera d’autres tentatives.

Bilan du stage

La pratique du kite solo pour les personnes à mobilité réduite reste aujourd’hui réservée à une « élite ». Le matériel évolue mais les risques sont encore beaucoup trop importants pour un débutant….

La pratique n’ai pas validé pour être enseigné dans les écoles.

Vidéo du kitesur assis en solo

Magic Bastos handikite

Tous les articles sur le handikite avec Bastos sur ce lien  

Magic Bastos handisport

Tous les handisports testés par Magic Bastos sur ce lien  

Partenaires Magic Bastos

 

Publié dans Autres sports, Vol Libre
Un commentaire pour “handi-kitesurf solo
  1. Fred dit :

    Ça fait envie ! J’aimais beaucoup la planche à voile , je regardais les Katesurfeurs avec beaucoup d’envies et me demandais si quelques adaptations existées ! Je vois que oui , mais il faut une tres bonne métrise ! Bravo ! Le siege est sur  » amortisseurs » ? Car les coups sont rudes dans les reins ! Il y a t’il une dérive sur votre systeme ? J’aurais aimé voir une virement de bord sur la video , pas trop dur ? En tous cas super systeme , j’aimerai bien essayer ca un jour …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *