French flagItalian flagEnglish flagGerman flagSpanish flag

Kilimandjaro Au delà des limites en fauteuil roulant

Kilimandjaro Au delà des limites

 

kilimandjaro-afrique-expeditionEn septembre 2007, j’ai la chance de participer à « Kilimandjaro Au delà des limites » une belle aventure en Tanzanie pour un documentaire réalisé par la société de production 2P2L et produit par TF1.

C’est mon ami Samuel Ginot responsable des sports natures à la fédération française handisport qui m’ informe de la préparation de ce projet.

 

Le casting de Kilimandjaro Au delà des limites

kilimandjaro-sommet-neigePour commencer il faut remplir un formulaire qui pose des questions sur notre vie et le handicap. Ensuite nous avons un entretien téléphonique d’au moins 1h où les mêmes questions que dans le formulaire écrit sont posées. La 3ème étape est un interview à Paris devant une caméra. Nous devons encore une fois raconter notre vie et notre ressenti sur notre l’handicap. Je me sens bien et je suis confiant. Je n’ai aucune pression, je sais que si ça ne marche pas, je rejoindrai mon frère au Chili. La dernière étape est la visite médicale et l’entretien avec un psychologue. Tout se passe bien, pas de problème particulier. La réponse définitive est donnée une semaine avant le départ. Je suis vraiment content. J’ai le sentiment que je vais vivre quelque chose d’exceptionnel. Cliquez ici pour lire le déroulement du casting vecu par Pierre Bardina.


Présentation des participants de Kilimandjaro Au delà des limites

kilimandjaro-tf1Nous sommes au départ 9 handicapés. Nous partons le 9 septembre 2007 de l’aéroport Charles de Gaulle où nous faisons la connaissance des autres participants. On m’a dit que nous serions deux en fauteuil roulant, je guette l’arrivée de l’autre fauteuil, mais il n’y en a pas, tous les autres marchent (plus ou moins bien, avec ou sans canne, mais ils marchent!!!). Nous avons tous un handicap différent : les 4 filles:

  • Salima est aveugle de naissance. Pendant l’aventure, j’essaie de parler un peu avec elle pour lui faire prendre conscience la chance qu’elle a de participer à cette aventure. Malheureusement, elle ne supporte pas son manque de repère et d’autonomie.
  • Yolaine est paraplégique incomplète suite à un accident de moto. Elle marche difficilement avec des cannes. Yo nous fait bien rire. C’est une grande bavarde (parfois même un peu trop)
  • Kilimandjaro Au delà des limites en fauteuil roulantSofia est sourde de naissance. Elle a réussi à apprendre à parler et elle lit sur les lèvres. Sofia m’aide beaucoup et même si nous avons eu quelques problèmes de communication, nous nous sommes très bien entendus.
  • Catherine nous rejoint 2 jours plus tard. Elle est amputée fémorale suite à un accident. Elle marche sur une jambe avec des cannes. Cath a apporter à l’équipe son énergie et son dynamisme. Elle s’est facilement intégrée au groupe malgré son retard.

les 6 hommes:

  • Jean Michel atteint de la polio depuis son enfance, il marche qu’avec des cannes. Jean Mi est un battant. C’est le doyen, il s’est occupé de Salima comme un père. Il a eu quelques réactions maladroites.
  • Nicolas est atteint de la polio lui aussi. Il marche en boitant. Il s’est aidé d’une canne pendant les longues marches. Nico est quelqu’un de discret, mais quand il parle c’est toujours pour dire des choses justes. Même avec ses difficultés à marcher, il essaie de pousser le FTT.
  • Eric est amputé tibial suite à un accident de travail. Il a une prothèse. Eric fait partie de l’équipe du FTT qui m’aide beaucoup. Sa décision d’arrêter de pousser sur la fin m’étonne. je fini par comprendre, même si je lui en veux un peu de ne pas avoir essayé.
  • Guillain a eu une malformation à la naissance. Ses jambes s’arrêtent au niveau des genoux et il lui manque l’avant bras droit. Il utilise des prothèses qui lui permettent de marcher. Guillain est celui qui m’ impressionne le plus. Il fait toutes les marches sur des échasses!!!
  • Sebastien le « Marseillais play boy » est malentendant. Il entend grâce à un appareil auditif. Seb est un mec vraiment bien, c’est lui qui m’ aide  le plus. Nous nous sommes promis d’aller au sommet ensemble…

C’est très intéressant de découvrir les difficultés des autres handicaps. Depuis mon accident, je rencontre beaucoup de paraplégiques en fauteuil roulant mais je ne connais pas du tout l’handicap sensoriel comme la surdité où il a vite fallu trouver un moyen pour communiquer. La première partie de Kilimandjaro Au delà des limites nous permet d’apprendre à nous connaître.

Le Buch (ou la savane)

kilimandjaro-fauteuil-roulant-handicap

Dès le premier jour de marche, l’organisation a prévu des Fauteuil Tout Terrain (FTT). Le terrain est assez plat et à peu près dur, je décide de prendre mon fauteuil roulant personnel pour avoir plus d’autonomie. en effet, le FTT est un fauteuil tout terrain fait pour descendre des chemins difficiles. C’est compliqué de se déplacer avec car il est lourd et pour l’utiliser avec les mains courantes, il faut bloquer le guidon. Mon fauteuil est plus léger et plus maniable ce qui me donne plus de liberté.

Au début, j’oublie de prendre mes gants. Je le paie tout de suite avec de belles ampoules. Heureusement, le médecin qui nous suit, les guérir rapidement!!! 

kilimandjaro-expedition-handicapPendant toute la partie savane nous dormons seul dans une tente « 2secondes » sur des matelas autogonflants. Au début j’ai un peu peur pour ma peau car les matelas ne sont pas épais. J’ai la chance de ne pas avoir la peau trop fragile, je n’aurai heureusement pas de problème d’escarre. Une tente spéciale est installée avec des toilettes chimiques pour les gros besoins. Pour la toilette, nous pouvions nous laver rapidement dans les rivières. Ils ont juste prévu une réserve d’eau dans le dernier camp du bush. Sinon, nous avions prévu des lingettes pour dépanner. 

kilimandjaro-camp-expedition-tf1Le soir pendant les repas l’ambiance est bonne, les 1er soirs Eric et Yolaine animent les débats. Les blagues sur nos handicaps fusent. C’est marrant. Tout le monde le prend bien, même si c’est parfois très lourd!!!


Kilimandjaro Au delà des limites en fauteuil roulantDès la deuxième journée, je crève les pneus de mon fauteuil tous les jours. L’équipe de régisseurs passe leurs nuits à réparer la dizaine de trous de la chambre à air. Après quatre jours, ils finissent par remplacer la chambre à air par de la ficelle. C’est beaucoup moins confortable, mais il n’y a plus de problème de crevaisons. J’aurais dû prévoir des pneus pleins!!

Je prends le FTT sur quelques passages où le chemin est plus accidenté, mais je réussi à faire une grande partie du parcours de la savane avec mon fauteuil « de ville » en autonomie. Seb n’est jamais très loin pour m’aider à passer certain obstacles. 

Les moments forts de cette première partie de Kilimandjaro Au delà des limites sont :

  • La première descente en FTT sur un chemin pleins de pierres.
  • La rencontre avec un handicapé tanzanien dans un petit village.
  • La traversée d’un canyon en tyrolienne (pour le symbole, je regrette de ne pas faire la traversée dans mon fauteuil)
  • La partie escalade faite avec mon fauteuil.
  • La traversée de la rivière que je commence en fauteuil et fini à la nage (dommage qu’on ne le voit pas dans le film)
  • L’invitation pour une petite danse de Seb à une jeune Tanzanienne.
  • Le magnifique camp dans un endroit magique sous de grands arbres à coté d’un petit plan d’eau où nous nous sommes laver et plonger des arbres.
  • La plus belle session de FTT ou j’ai pu faire de bons passages en 2 roues.
  • kilimandjaro-tanzanie-afriqueLa marche dans le parc national où nous observons des girafes et fait un tour de canoë (qui à durée à peine une heure et pas trois comme il l’on dit dans le documentaire. Pour les hippopotames, personnellement, je n’en n’ai pas vu!!!

  • Kilimandjaro Au delà des limites en fauteuil roulantLa belle promenade à cheval au milieu d’animaux sauvages (zèbres, éléphants, girafes, antilopes…).

KILIMANDJARO, AU-DELA DES LIMITESAprès cette belle journée de cheval, nous nous sommes posés 2 jours au camp pour préparer l’ascension du Kilimandjaro. C’est à ce moment là que Salima nous quitte.

Salima ne réussi pas à s’intégrer au groupe et trouver ses repères. Elle n’arrive pas à profiter entièrement de l’aventure. C’est dommage!! 

KILIMANDJARO, AU-DELA DES LIMITESAvant la longue étape de transition, nous faisons la séance pour le générique, celle où on nous voit tous marcher de face.C’est les rares moments avec les interviews où nous avons dû faire attention à la caméra.


 

tf1-kilimandjaro-handicap

Pour le reste, nous devions vivre l’aventure sans faire attention aux caméras (pas toujours facile de garder nos distances avec les techniciens). 

L’ascenssion du Kilimandjaro Au delà des limites

kilimandjaro-depart-expeditionL’arrivée à l’entrée du parc du Kilimandjaro est impressionnante. Une centaine de porteurs Tanzaniens nous attendent pour monter toutes les affaires. Au total, nous sommes une quarantaine avec les techniciens, journalistes, régisseurs, infirmières, docteurs… 

kilimandjaro-handicap

La partie du Kilimandjaro est plus dure pour moi psychologiquement. Je ne suis plus du tout autonome. Nous décidons de ne pas prendre mon fauteuil perso pour limiter les affaires. Je dois tout fait en FTT. Maintenant, nous nous connaissons mieux. c’est plus facile pour moi d’accepter de me faire aider. De toute façon je n’ai pas le choix!! Par contre je fais tout pour les soulager en poussant sur les roues. Je pense que si je n’avais fait rien, nous n’aurions pas pu aller aussi haut.

Pour les camps du Kilimandjaro, nous avons changé d’équipements pour affronter le froid, Nous récupérons des tentes d’expédition que nous partageons à deux (ma colloc avec Seb s’est très bien passée!!) et nous avons aussi des duvets plus chauds -40°.

Le plus dur est de se déplacer avec le FTT pour passer de notre tente, à la tente toilette ou celle où nous prenons nos repas.

En plus, le terrain était souvent très accidenté (pentes, grandes herbes, roches…) 

Grâce aux équipements Rossignol récupérés avant de partir, je n’ai jamais froid et mes lunettes de soleil Julbo protègent bien mes yeux même à 5000 mètre d’altitude.

Cette expédition est très confortable puisque nous avons une équipe tanzanienne qui sont là pour nous cuisiner nos repas, nous servir et monter le camp. Bravo et merci à eux car durant tout notre séjour personne n’ai malade. En Afrique c’est très rare!!! Je n’ai pas de turista, ni d’infection urinaire, ni aucun autre problème de santé. J’ai beaucoup de chance, c’est ce que je redoute le plus. Quand ça ce passe comme ça, c’est plus facile.

KILIMANDJARO, AU-DELA DES LIMITESPlus nous montons, plus je suis excité. Je ne ressens pas de fatigue. Je suis sur-motivé et persuadé qu’on irait au bout. J’ai confiance en notre équipe de FTT constituée de « batman (Seb), superman (Eric) et catwoman (Sofia)!!! ».

Sur le dernier camp de base, à 4000m, nous avons une journée de repos pour s’acclimater à l’altitude. Les choses commencent à se compliquer :

Eric nous annonce qu’il ne veut plus pousser le FTT pour ménager sa prothèse. Je ne lui en veux pas plus que ça. Il m’a tellement aidé pour arriver jusque là.

Seb commence à avoir des palpitations mais il ne lâche pas, avec Sofia ils continuent à m’aider pour aller le plus haut possible.

Le matin du départ tout va bien, Seb a bien récupéré, Sofia à l’air en pleine forme. Je fais un grand détour de presque une heure avec une équipe de 3 Tanzaniens pour rejoindre le début du chemin. Nous sommes vraiment motivé. 

 

C’est de plus en plus raide. On se force à ventiler un maximum pour bien s’oxygéner. Bruno notre chef d’expédition, nous dit pendant la pause que ce n’est pas normal de respirer comme ça ???

Là je ne comprends plus?? Je fais tout pour gérer au mieux le manque d’oxygène. Ca marche puisque je me sens en pleine forme. 

Le « faux » médecin commence à me dire que j’ai les lèvres et les oreilles violettes (désolé, mais même sur les images on ne le voit pas!!) et que je commence un œodème pulmonaire ???

Je connais la montagne, le secours en montagne c’était mon métier, je suis pisteur secouriste. Je ne comprends pas pourquoi Bruno et le médecin m’arrête comme ça d’un coup, sans ne me posé aucune question sur mon état. 

En plus ils me font redescendre sans aucune assistance médicale?? Je pense vraiment que le docteur panique, et qu’il ne sait pas comment s’y prendre pour me stopper. Ca aurait été tellement plus judicieux et je l’aurais mieux compris si il me dit que c’est pour que Seb et Sofia aient plus de chances d’atteindre le sommet.

Seule Karine (responsable du projet) a sue me le dire au retour à l’hôtel. L’aventure s’arrête là, c’est dommage, je pense que nous pouvions aller au moins jusqu’au dernier camp intermédiaire. 

Je dois rendre le micro et redescendre au camp de base. Je veux au moins me faire plaisir à la descente mais même pas. Encore pour des raisons de sécurité, un guide doit me redescendre en retenant le FTT avec une laisse!!! Je suis fou!! Le pauvre, il y est pour rien et je ne suis pas très cool avec lui. 

Ca fait très longtemps que je ne me suis pas mis dans cet état là.

Au camp il n’y a que les régisseurs, mais ils ont du travail. j’ai besoin de parler et de comprendre.

Je simule alors une infection urinaire pour faire descendre une infirmière. j’ai un peu honte, mais ça me fait trop du bien, en plus elle me prète son Ipod, ça me soulage d’écouter de la musique.

Je prends les repas avec les régisseurs. C’est sympa, on échange nos impressions du séjour et ils me parlent de leur boulot. En plus nous sommes que 4, du coup, le repas est bien meilleur !!

Je passe la nuit au camp, et redescente le lendemain matin avec un guide Tanzanien et 2 porteurs. Ils commencent à me retenir, mais très vite ils lâchent et me laissent descendre au taquet. Ils sont morts de rire de me voir descendre comme un fou sur 2 roues.

ftt-kilimandjaro-expeditionMalheureusement après 1h de descente le délire s’arrête. Le FTT explose dans une ornière. Les Tanzaniens essaient de le réparer avec des bouts de sangle, ça tient quelques mètres mais ça fini toujours par s’écrouler.

Il reste au moins 6 heures de descente. Avec le FTT , il faut 3 heures. Les porteurs finissent par me prendre sur leurs dos. Ils sont 3 à se relayer toutes les minutes. C’est épuisant. Sur la fin il faut que je m’accroche à leurs cous, ils n’arrivent plus à me tenir. nous arrivons en bas bien épuisés après 8 heures de descente sur leurs dos. Je suis bien content de retrouver un peu de confort à l’hôtel où je me prends une bonne douche chaude. 

Le reste de l’équipe me rejoint 3 jours plus tard, j’apprends à ce moment-là que Seb, Sofia, Jean Michel, Nico, et Eric sont les 5 qui ont réussi à aller jusqu’au sommet. Je suis vraiment content que toute l’équipe du FTT ai eu leur récompense.

Nous pouvons enfin partager des moments avec toute l’équipe de technicien, je fini mon séjour tanzanien par une belle victoire au poker!!! L’aventure a été exceptionnelle

Merci à 2P2L, TF1, et tous les membres de l’équipe pour ces grands moments.

Le retour en France après Kilimandjaro Au delà des limites

Nous patientons 5 mois pour revoir les images. Je pars une semaine après en trip au Maroc avec des amis pour me faire un autre sommet d’afrique: Le Toubkal dans l’atlas marocain avant de prèparer ma saison à la Plagne.

Nous sommes invités à Paris dans les locaux de TF1 le 8 février 2008 avec les parents pour visionner le film.

Notre première impression est très positive. Nous sommes très heureux de se revoir et se replonger dans l’aventure pour revivre tous ces bons moments.

Nous trouvons notre « film de vacances » réussit, mais frustrés de voir que beaucoup de beaux moments ont été coupés au montage pour laisser place à des moments moins importants pour nous.

Nous avons le droit à une deuxième projection, cette fois ci nous nous rendons plus compte de la touche TF1 style « Koh Lanta » dans le montage (voix off, ralentis, pleures, querelles de groupe…).

C’est un peu dommage, mais on accepte car nous savons que TF1 à la recette pour attirer le téléspectateur et notre but à tous est de prouver que l’handicap n’est pas un frein pour vivre une vie excitante !!

Vidéo de Kilimandjaro Au delà des limites émission de TF1

KILIMANDJARO, AU-DELA DES LIMITESKILIMANDJARO, AU-DELA DES LIMITESKILIMANDJARO, AU-DELA DES LIMITESKILIMANDJARO, AU-DELA DES LIMITESKILIMANDJARO, AU-DELA DES LIMITESkilimandjaro-tf1-camera

 

Retrouvez tous les articles sur les voyage réalisés par Magic Bastos en cliquant ici magicbastos-voyage-handisport

Partenaire Magic Bastos

Kilimandjaro Au delà des limites en fauteuil roulantKilimandjaro Au delà des limites en fauteuil roulant Kilimandjaro Au delà des limites en fauteuil roulantKilimandjaro Au delà des limites en fauteuil roulantKilimandjaro Au delà des limites en fauteuil roulantKilimandjaro Au delà des limites en fauteuil roulant

Publié dans Voyages

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>